Une séance d’ostéopathie canine

Selon les pathologies la séance dure de 45 minutes à 1 heure :

  • Dans un premier temps je procèderai à une anamnèse suivie d’un temps d’observation et de palpation qui me donnera des indications générales sur l’état du chien et me permettra d’éliminer toutes pathologies ostéopathiques.
  • Après un bilan biomécanique complet, le traitement ostéopathique sera entrepris avec précision par le biais de techniques manipulatives douces et non traumatisantes.
  • La séance se terminera par une conclusion afin de dispenser mes conseils et une période de rééducation qui variera selon les lésions traitées. Après cette séance d’ostéopathie canine, il faut accorder quelques jours de repos au chien optimisant les résultats et pour lui permettre de récupérer et de retrouver son équilibre général. Je préfère me rendre sur place pour une fatigue moindre et une absence de stress chez le chien. De ce fait, je peux parcourir de grandes distances.
  • Le traitement préventif, bisannuel chez les vieux chiens, ou annuel chez les chiens de sport trouve ici une place de choix. Les propriétaires l’ont d’ailleurs compris.

Les testings

Pour identifier les pathologies, les lésions du chien.

Les manipulations

Qui ont pour but de réduire la lésion et de supprimer la douleur ou le trouble qu’elle occasionne.

La rééducation

qui a pour but de refaire l’équilibre statique et dynamique, de façon à éviter la récidive de cette lésion après la séance d’ostéopathie.

Une lésion ostéopathique :

Est une perte de mobilité d’un élément par rapport à un autre, maintenu, par des contractures musculaires. Les blocages vertébraux sont des dysfonctions douloureuses bénignes du segment vertébral, de nature mécanique et réflexe.

Toute modification d’une seule courbure est une pathologie vertébrale qui retentit sur la posture générale.

 

La manipulation ostéopathique :

Est un mouvement soudain, accompli à la fin du jeu articulaire avec une rapidité telle que le chien est incapable de l’en empêcher. Elle n’a rien de commun avec la manipulation forcée, puisqu’elle est toujours exécutée dans les limites physiologiques des articulations. Donc pour appliquer ces techniques, la force n’est pas nécessaire, même en traitant des animaux de grande taille.

Elle permet de supprimer les restrictions de mobilité du corps, réajuster les structures pour restaurer les fonctions perturbées et redonner de la mobilité à ces structures tout en supprimant  les dysfonctions. L’ostéopathe fait de sa main un outil de travail pour redonner la fonctionnalité initiale au corps, en n’utilisant jamais d’appareils ni  d’injections.

Tous les soins sont réalisés par le toucher des mains de l’ostéopathe. Être ostéopathe animalier ne s’improvise pas.

L’examen du rachis se fait surtout par la palpation, en appréciant les positions des apophyses épineuses et leur mobilité. Les ligaments et les muscles avoisinant la lésion réagissent, les uns par un durcissement, les autres par une contraction souvent douloureuse au toucher. Cet examen a pour but de rechercher si une unité fonctionnelle vertébrale est douloureuse.

Ainsi, la palpation constitue une partie essentielle de l’examen et nécessite la connaissance de l’anatomie de chacune des structures articulaires.

L’ostéopathe confirme la présence de toute anomalie, telles qu’une déformation, une fonte musculaire ou une zone de chaleur qui ont été notées à l’inspection.

Tous ces signes doivent attirer votre attention
Voici décrites quelques généralités connues des propriétaires canins et auxquelles l’ostéopathe canin peut remédier, avant ou après consultation et concertation avec le vétérinaire traitant.
En effet l’activité ostéopathique ne remplace pas les soins vétérinaires mais agit en complément. L’ostéopathie canine n’a pas la prétention de soigner toutes les affections, mais reste efficace dans de nombreux cas. Elle est appliquée aux petits comme aux grands animaux.
Les chiens, sont les animaux sur lesquels les techniques ostéopathiques sont majoritairement employées.
L’interrelation entre les différentes techniques apparaît une évidence. C’est pour cette raison qu’il est primordial de panacher toutes les approches, chacune étant complémentaire.

En tant qu’ostéopathe, je ne soigne pas (en France seuls les vétérinaires peuvent soigner), mais j’améliore le confort de l’animal.

Quand faire appel à l’ostéopathe canin ?

Les chiens ont leur manière à eux d’exprimer leur(s) souffrance(s) :

1-JEUNES CHIENS :
– lors de la visite d’achat d’un chien : pour déceler des problèmes éventuels de mobilité ou des lésions. Conseils à mettre en parallèle avec ceux du vétérinaire
– si on a un chien qui, trop jeune, a été exagérément sollicité
– suivi pour une croissance équilibrée et proportionnée
– prévenir ou éviter les blessures
– augmenter ou optimiser les performances
– améliorer la récupération après l’effort
2-PROBLEMES COMPORTEMENTAUX :
– gémissements
– changements, problèmes de comportement ou comportements inhabituels
– refus d’obéissance
– léchage d une articulation ou d’une partie du corps
3-PROBLEMES SENSITIFS :
– douleurs tendino-musculaires
– courbatures, zones de tensions, dermatoses
– raideur générale
– difficulté(s) à effectuer un mouvement
4-PROBLEMES ARTICULAIRES :
– Après une chute, un facteur extrinsèque occasionnel ou accidentel (traumatismes physiques ou émotionnels)
– boiteries chroniques ou aiguës (problèmes locomoteurs)
– arthrose, arthrite, rhumatisme
– blocages vertébraux
– subluxation articulaire
– dysplasie (l’ostéopathie ne soigne pas mais permet de soulager les douleurs et de ralentir le processus de cette pathologie)
– rééducation post opératoire
5-PROBLEMES ORGANIQUES :
– problèmes respiratoires (récupération difficile, essoufflement amplifié, toux)
– problèmes du système organiques (vomissements, ulcères, gastrites chroniques, diarrhées, constipations répétitives, perte d’appétit)
– problèmes du système reproducteur (stérilité, chaleurs absentes ou irrégulières)
6-CHIENS AGES :
– chiens âgés dont les articulations s’enraidissent
– suivi gériatrique (améliorer leur confort)